Lors de l’exposition, Raymond était hospitalisé. C’est sa compagne Marie-Françoise qui a reçu les invités en son nom.« Quand je prends un papier blanc, je ne sais pas encore ce que je vais créer. Ma seule certitude est qu’il y aura une pomme, un oiseau, un arbre, une voiture, une montre et un poisson. C’est en quelque sorte ma signature, mon fil conducteur. » Le choix du petit format est également propre à son univers, il avoue s’y sentir à l’aise. L’oeuvre de Raymond Hollweck permet au public de laisser de côté, un instant, la réalité et d’entrer dans un monde immaginaire et onirique rempli de douceur. Merci à Raymond d’avoir permis à Marie-Claude ANDRE de montrer ses céramiques lors de l’expo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.